Table des matières par ordre logique CLIC ICI 


Simulation de la lutte de classe

9/2002


Programmation

Le mécanisme du modèle "exploitation capitaliste" est intégralement conservé dans ce nouveau modèle.

Il s'y rajoute un mécanisme "révolutionnaire", correcteur de fond, qui "prélève un impôt révolutionnaire dans la poche du patron" dès que celui-ci a empoché la "plus-value". Cet impôt est fixé en pourcentage de la plus value empochée. Le pourcentage d'impôt varie, par paramétrage initial du modèle, de 0 % (capitalisme pur) à 100 % (communisme pur).

Pour consulter la programmation de ce mécanisme simple de simulation , CLIC ICI .

L'expérience 23 donnée en exemple sur la page "exploitation capitaliste" s'exécute ici exactement de la même façon si l'impôt révolutionnaire = 0%. Par contre, la "solidarité" n'est pas programmée ici exactement comme dans le logiciel généraliste "1", les aventures "avec solidarité" sont donc un peu différentes. Ici la plus value est distribuée à toute la population, tandis que dans le logiciel 1 elle est distribuée uniquement dans la structure intéressée. Mais cela n'affecte pas les analogies générales.

Voici trois expériences avec dans l'ordre :

impot 0      impot 0 % - capitalisme

impot 50      impôt 50 % - société mixte

impot 100      impôt  100 % - communisme

Remarque : une étude approfondie du fonctionnement du modèle permettrait peut-être de tirer quelques enseignements de prospective politique. Dans l'état actuel des études, on ne peut rien tirer de la comparaison de ces trois courbes, si ce n'est que le système programmé fonctionne entre 0% et 100% bornes inclues.

Commentaires idéologiques et politiques

La part de plus value qui retourne à la société (distribution égalitaire à tous les grands ronds : ouvriers, SDF, et même patrons) existe déjà en fait dans la société française actuelle : sécurité sociale, éducation nationale, tous les services publiques etc.

En simulant les utilisations contradictoires de deux parts de la plus-value (en général inégales - par les patrons et par la société), le modèle prend en compte la contradiction fondamentale nommée "lutte de classe" par Marx. Mais l'ambition du modèle est limitée, il ne montre pas concrètement les modalités de cette lutte de classe, il ne montre pas non plus qui va gagner. Il montre de façon schématique le résultat, il ne montre pas le "comment". Il est évident que dans la réalité les patrons ne se laissent pas faire. Dans la réalité, il ne suffit pas, pour être "révolutionnaire", de faire monter comme ici un paramètre en tapant sur un clavier un nombre plus élevé que le précédent (plus d'impôt révolutionnaire). Les services publiques par exemple doivent être défendus par les "exploités" contre les "tentatives de privatisation", le modèle proposé ne le montre pas explicitement.

L'aspect progressif de la "révolution communiste" suggérée par le modèle ne doit pas tromper : il ne s'agit pas de "réformisme" : "Les sous", avant "la fin du capitalisme" sont pris sur la plus-value, c'est à dire "dans la poche des patrons" comme déjà dit, non dans celle des "exploités". Et plus tard, quand "le communisme est là", "les producteurs associés" (Marx) qui sont la totalité de la population, tous égaux en droit, se distribuent totalement et égalitairement entre eux la plus value produite pas eux. La révolution n'est pas nécessairement un "grand soir", comme on l'a beaucoup répété : le modèle est écrit dans cette optique.

Quant à "l'aspect étatique" du fonctionnement du modèle avec son "impôt révolutionnaire de 100 % en société communiste", il n'est pas proposé comme l'essentiel, il correspond en fait à des fonctions de distribution gestionnaire nécessaires, mais qui ne sont plus en société communiste que des moyens du fonctionnement social.

En programmant un "impôt révolutionnaire" conçu comme ci-dessus, je sais que mon modèle n'est pas réaliste dans tous les détails. Il illustre cependant le coeur de la conception marxiste sur l'utilisation progressiste ou non de la plus value. Mon intention est de montrer que le capitalisme n'est pas fatalement éternel. Mon ambition est en somme de faire fonctionner un modèle moins triste que mon modèle précédent intitulé "exploitation capitaliste" (pour voir ce modèle CLIC ICI).

Téléchargement du logiciel

Mars 2009 : Le logiciel "Lutte de classe" a été associé avec le logiciel "Exploitation capitaliste" pour raison pédagogique. CLIC ICI


Retour à la page précédente : clic sur "Précédente" (ou "Back") en haut à gauche 

Retour à la table des matières



 
 
Elbeuf