science_pour_citoyens>capacites>livre1

Table des matières par ordre logique CLIC ICI 



MILITANTS ET CITOYENS,

 
A LA DÉCOUVERTE D'UNE MÉTHODE




Jusqu'à maintenant, les rapports décisifs du militant individuel (et/ou collectif) au monde qui l'entoure n'ont pas été pris explicitement en compte, on a considéré que la spontanéité était en général suffisante. Il y a manque cruel de méthode nouvelle pour une pratique nouvelle. Il y a manque de langage et de concepts pour une fonction créatrice indispensable, en émergence.



Philippe Gascuel : Philippe.Gascuel@wanadoo.fr
Tél. 02 35 15 81 86
143 rue du Gros Horloge
76000 Rouen
France


Exemples de mots clefs intéressants
(liste non limitative)

Version 2, 17/4/2001 

Téléchargez librement le livre Militants et citoyens à la découverte d'une méthode , complet et correctement formaté au format Word 6/95 pour Mac ou pour PC qui vous convient. Imprimez le !

Pour télécharger : clic prolongé sur une ligne en surbrillance, puis choix de "Enregistrer..."
Commande du livre pour PC (168 Ko)         (décompresser avec un programme Zip le fichier chargé)
Commande du livre pour Mac (160 Ko)       (décompresser avec Stuffit Expander le fichier chargé)
 


Commandez la version papier
, au prix TTC de 10 € , port compris, directement à l'auteur.

 
Février 2010 - Note pour linguistes : La modalisation de ce livre n'a pas été revue, c'est celle d'origine


Ci-dessous, l'introduction et la conclusion du livre, et la table des matières


1 - INTRODUCTION

1.1 - UNE MÉTHODE, POURQUOI ET COMMENT ?

La pratique des hommes s'accompagne toujours d'une "méthode", sinon elle est seulement animale. Les hommes n'agissent pas seulement en faisant des gestes, ils pensent en même temps à ce qu'ils ont déjà fait de semblable, et ils rêvent à ce qu'ils pourraient faire de mieux encore. La méthode fait partie de l'identité des hommes, ils y rangent les leçons de leurs défaites et de leurs succès, ils en échangent les richesses avec les autres.

L'une des pratiques des hommes, sans-doute la plus difficile, concerne le maintien, ou la transformation progressiste, de leur vie en société. La méthode correspondante, jusqu'à ce jour, n'a pas été très assurée, on peut même parfois se demander s'il en existe, ou s'il en a jamais existé une. Après les utopistes (Platon, Saint Simon, Fourrier, Owen ...), leurs rêves et quelquefois leurs essais, sont venus Marx, Engels, Lénine, Mao-Zedong ... , qui, avec des peuples entiers, ont initialisé des transformations de société d'importance historique. L'URSS s'est écroulée, principalement de l'intérieur, et l'immense Chine, au développement économique extraordinaire, reste un mystère politique pour nous.

Ici en France, pourrions nous "assurer la suite" de cette ambition tellement    humaine : aller vers une société qui fonctionne à partir   des hommes qui la composent ? Il me semble évident que cela ne peut   pas s'imaginer comme une pratique spontanée : cela ne peut se faire   qu'avec une forte dose d'éducation militante et citoyenne, qu'avec   une pratique accompagnée d'une méthode. Cette méthode ne peut être que la synthèse, toujours en cours de construction, des leçons de la pratique .

Développons cette idée ambitieuse : les militants et les citoyens d'aujourd'hui ont une méthode qui accompagne leur pratique au service du progrès social (voire révolutionnaire). Cette méthode est aujourd'hui en plein bouleversement, suite à l'écroulement dans le monde entier, des partis communistes à fonctionnement centralisé, ces partis qui avaient dans l'opinion générale monopolisé l'idée d'un comportement social rationnel. Personne ou presque n'envisage de revenir aux méthodes de fonctionnement qu'ils proposaient, et il est impossible aussi d'accepter le fonctionnement sauvage (sans méthode au service de tous) du capitalisme mondialisé. L'idée même de méthode est en crise. Quelle méthode, humaine, nouvelle, donc adopter ?

Les militants et les citoyens veulent maintenant, chacun, être  responsables,   créateurs, solidaires, et à partir de là ils veulent   être efficaces tant individuellement, qu'au sein de collectifs  et organisations  qui seraient leurs œuvres, et qui resteraient leurs  œuvres. Il  n'est pas question, pour les militants et les citoyens nouveaux, que les collectifs  ou organisations reprennent comme hier possession des militants et citoyens  qui les ont créées, et en fassent à nouveau des exécutants,  comme on a pu le voir, pour une part, même en France. Une méthode  donc se cherche, reste à découvrir. Une méthode au service  des militants et des citoyens qui veulent transformer la société vers ce qui leur tient tellement à cœur : que les hommes, tous  les hommes, n'y soient plus mutilés, exploités, mais heureux,  c'est à dire plus hommes, c'est à dire plus responsables, plus  créateurs, plus solidaires. Ce petit livre voudrait contribuer à cette recherche d'une méthode nouvelle, à cette découverte  collective en train de se faire.

Pour moi (l'auteur), il s'agit, à partir d'un exemple précis,    riche, de dire ce que j'entends par être un "citoyen-militant" aujourd'hui.    Je m'appuie sur une expérience vécue ancienne, pour la mémoire    de laquelle, sentant qu'elle était précieuse, j'ai accumulé,    à mesure, il y a bien longtemps, beaucoup d'archives. Un recul de 40    ans n'est pas forcément un inconvénient quand il s'agit de  faire  de la théorie sur des pratiques fondamentales impliquées dans    la transformation de la société, de  l'humanité. J'estime même que c'est un grand avantage, et je vais essayer de profiter   au mieux de la chance qui m'a été donnée de vivre cette  expérience qui annonçait le printemps, et d'avoir ensuite assez  vécu pour avoir ce recul.

Comment j'ai compris la chose à l'époque, comment je la comprends encore maintenant ... Une compréhension rodée en somme.

Les citoyens-militants d'aujourd'hui, ils sont de plus en plus nombreux, tireront-ils    avantage de mes   réflexions prolongées ? C'est ce que j'espère.

A l'heure actuelle une partie des idées que j'ai acquises, et que je tente plus loin de formuler, est partagée par beaucoup. Par exemple, la notion d'initiative individuelle est devenue un des lieux communs de la vie politique française, dominée par une méfiance " tous azimuts " envers les organisations syndicales et politiques, et par une multiplication des associations qui prônent l'investissement citoyen des individus. 
Mais une partie de mes idées, la plus importante, est absente, c'est l'idée que la créativité n'est pas spontanée, qu'elle s'éduque, qu'elle se forge, qu'elle a besoin d'une "méthode" : c'est ce que je disais plus haut.

Après une période dominée par l'explosion  de  l'individualité, nous entrons dans une période d'interrogations,   notamment sur le rôle des organisations, et de façon souvent   dramatique sur l'articulation entre organisation et citoyenneté personnelle. Ce livre est un élément de la réflexion   sur ce sujet, alimenté par une expérience qui a traversé de multiples périodes, de multiples " modes ", mais qui est devenu   visiblement de grande actualité.

Il s'adresse, au delà même des militants de gauche traditionnels,    à tous ceux qui découvrent l'implication citoyenne dans un projet de solidarité créative et responsable.

1.2 - PRÉSENTATION DU LIVRE, SA FORME

Ce livre contient trois sortes de chapitres. Dans ceux de la première sorte, je raconte (presque en langage parlé) mon expérience d'ouvrier et de militant syndical, dans une usine qui s'appelle maintenant l'Aérospatiale. Ce récit couvre à peu près sept années de 1955 à 1962, et relate principalement deux grandes grèves qui, fait exceptionnel pour l'époque ont été pratiquement " autogérées ", ainsi que les enjeux et les luttes idéologiques qui ont permis et accompagné ces grèves.

Dans les chapitres de la seconde sorte, dits "d'analyse", je pars de  thèmes   illustrés par les récits qui ont précédé,    et j'introduis des éléments essentiels de "méthodologie"...    J'introduis en fait des "repères" : ceux que j'ai mis au point pour    mon action particulière, dans des situations particulières.    J'ai tenté d'en faire des repères universels. Pour cela j'ai    forgé un formalisme en utilisant quelques petites phrases, chacune    avec un verbe (toujours le verbe "modifier"), et deux protagonistes  : toujours le lecteur-citoyen d'une part, et toujours en face de lui, d'autre    part, le monde qu'il affronte ... ou bien le monde qu'affronte un autre  citoyen  quand il s'agit de problèmes de solidarité.

La troisième sorte de chapitres, dits de "théorie", est  consacrée  à la "méthode" proprement dite , on trouvera  deux chapitres de  cette sorte. La méthode regroupe de façon  rationnelle, ordonnée,  les "petites phrases" proposée dans  les chapitres d'analyse. Il est  question aussi de deux "postulats d'espérance"  que je n'ai pas choisis  et qui m'ont accompagné toute ma vie. Ces  postulats dessinent le profil  des citoyens et militants qui sont le plus  proches du contenu de ce livre.

La "méthode" est très "construite". C'est le cœur de ce livre. Il s'agit d'une méthode aussi générale que possible, consistant en des opérations définies par des "règles", en nombre très limité.

A partir de ce formalisme de base, on retrouve et on précise le sens des mots courants de la citoyenneté et du militantisme : responsabilité, créativité, solidarité, rapports individuel-collectif, direction collective, organisation politique, humanisme, révolutionnaire, gestionnaire, gauchiste, sectaire, individualiste, collectiviste, etc.

Au fil des pages, la densité en "récit" ira en diminuant, et la densité en "méthode théorisée" en augmentant.

1.3 - PRÉSENTATION DE L'AUTEUR

A la maison, lorsque j'étais enfant, on savait tout des affaires   du monde (mon père avait fondé une revue d'études politiques   et économiques). J'ai assez vite compris que le monde allait mal, que   la civilisation actuelle était malade, et que finalement l'époque   de la bourgeoisie conquérante était révolue. Il fallait   créer un autre monde.

Après des études universitaires scientifiques, puis une  année  comme paysan, j'ai décidé, aidé par ma  femme, d'aller  chercher les vraies idées d'avenir chez ceux qui en  ont le plus besoin  et qui en sont finalement porteurs : les ouvriers d'usine.  C'était  la période des prêtres ouvriers, je me suis voulu "philosophe-ouvrier",  ce qui signifiait pour moi, dans un monde ouvrier que je voyais comme potentiellement  créateur, participer à cette créativité en la  théorisant.

Je suis entré à l'usine en 1955 comme ouvrier en matières   plastiques, parce que, ce métier étant tout neuf à ce  moment-là, tout était à créer. (Douze ans après  je devenais technicien en informatique, métier en émergence   lui aussi à l'époque). Membre de la direction syndicale C.G.T.   à "Nord-Aviation" lors de grandes grèves tournantes en 1959   et 1961 je crois avoir influé sur la manière, nous dirions actuellement  autogestionnaire ou autogérée, dont ces grèves ont été menées.

J'ai adhéré au parti communiste en 1962, sept ans après   mon entrée à l'usine. Et je me suis consacré à formuler et formaliser les principes qui avaient guidé mon action syndicale,   et à tenter de les populariser.

En 1966, la direction nationale du parti communiste m'a désavoué,   et m'a demandé d'arrêter ma "propagande".

On tente maintenant de tout réinventer. Puisse mon expérience   ancienne ici rapportée faire gagner du temps et de la peine.

    20 - CONCLUSION

Des citoyens-militants ?

Les citoyens-militants existent, et on voit bien que sans eux l'humanité va rester coincée dans le capitalisme, et va souffrir de plus en plus, ou même va s'autodétruire. L'avenir appartient donc à cette nouvelle sorte d'êtres humains, plus responsables, plus créateurs, plus solidaires, individuellement et collectivement.

Le temps est arrivé d'en prendre conscience, de savoir en parler, et    de ne plus se contenter "d'essayer de faire" empiriquement. Faire la théorie    de sa pratique est une "façon de faire" spécifiquement humaine.    Cette façon de faire permet aux humains d'accumuler les acquis, les   bonnes recettes du nouveau "savoir faire". Elle leur permet de tester, de   critiquer, de rejeter, d'enrichir, de confirmer etc. Elle est source de progrès.  Si elle ne se met pas en place, elle est là quand  même, à l'état de manque, elle travaille par dessous,  elle est source d'amertume,  de désespoir. Un nouveau langage est nécessaire : pour soi,  et pour communiquer, pour progresser individuellement et collectivement. 


TABLE DES MATIÈRES

1    - INTRODUCTION   

1.1    - UNE MÉTHODE, POURQUOI ET COMMENT ?   
1.2    - PRÉSENTATION DU LIVRE, SA FORME   
1.3    - PRÉSENTATION DE L'AUTEUR   

2    - RÉCIT - L'USINE   

2.1    - L'EMBAUCHE   
2.2    - L'ATELIER DES MATIÈRES PLASTIQUES, ET MON EXPÉRIENCE PARTICULIÈRE   
2.3    - L'USINE   
2.4    - QUELQUES PERSONNALITÉS   
2.5    - LES GENS DES BUREAUX, LES FEMMES   
2.6    - LA VIE À L'USINE   
2.7    - LA VIE SYNDICALE   

3    - ANALYSE - LES OUVRIERS D'ÉTAT   

4    - RÉCIT- LES GRÈVES DE 1956, ET LES PREMIÈRES TENSIONS INTERNES   

5    - RÉCIT - LES GRÈVES DE 1959   

5.1    - LE POUVOIR PERSONNEL ET LA COLLABORATION DE CLASSE         
5.2    - LES GRÈVES DE 59   

5. 2.1    - LE DÉBUT   
5.2.2    - LES SECTEURS DE LUTTE   
5.2.3    - LA FIN DE LA GRÈVE   
5.2.4    - INITIATIVES DE TOUS
  

6    - ANALYSE - LES LUTTES DE 59   

7    - RÉCIT- 1960, UNE ANNÉE CHARNIÈRE   

8    - ANALYSE - MENER DE FRONT ...   

9    - RÉCIT - EN DIRECT DU PASSÉ   

10    - ANALYSE - LA DIRECTION SYNDICALE DÉNONCE LE COURANT GAUCHISTE   

11    - ANALYSE - MAURICE K. ESSAIE DE RÉCUPÉRER LA DÉNONCIATION DE GILBERT M.   

12    - THÉORIE - IDÉES PRINCIPALES  

12.1    - LA FORMALISATION DE LA MÉTHODE   
12.2    - CONTENU RAPIDE DE LA MÉTHODE   
12.3    - LA FORMALISATION ET LE MONDE RÉEL   
12.4    - LA FORMALISATION DES “POSTULATS D'ESPÉRANCE”   

12.4.1    - POSTULAT 1   
12.4.2    - POSTULAT 2   
12.4.3    - COMMENTAIRES
  

13    - RÉCIT (SUITE) - LES GRÈVES DE 1961   

14    - ANALYSE - LA CFTC RECRUTE ET PAS LA CGT   

15    - RÉCIT - LA COMMISSION D'ORGANISATION   

16    - ANALYSE - LA COMMISSION D'ORGANISATION   

17    - RÉCIT - LE CINQUIÈME CONGRÈS DU SYNDICAT DES MÉTAUX, LE 7/4/1962

18    - RÉCIT (FIN) - UNE ANECDOTE   

19    - THÉORIE - EXPOSÉ PLUS DÉTAILLÉ   

19.1    - LA MÉTHODE   

19.1.1    - JE ME SUIS DONNÉ UNE MÉTHODE   
19.1.2    - POURQUOI UTILISER L'EXPRESSION "OPÉRATION QUALIFIANTE" ?   
19.1.3    - VUE D'ENSEMBLE DE LA MÉTHODE   
19.1.4    - DÉFINITION DE LA MÉTHODE   
19.1.5    - LES MÊMES RÈGLES ...   
19.1.6    - LA MORALE DES RÈGLES RCS   
19.1.7    - LES TERMES "RESPONSABLE, CRÉATEUR, SOLIDAIRE"
  

19.2    - LES POSTULATS D'ESPÉRANCE   

19.2.1    - POSTULAT 1   
19.2.2    - POSTULAT 2   
19.2.3    - IL S'AGIT DE POSTULATS PLUTÔT “DE GAUCHE"
  

19.3    - DÉFINITION DES TERMES STRUCTURANTS EMPLOYÉS   

19.3.1    - LE MONDE   
19.3.2    - L'ÉQUILIBRE CRÉATEUR   
19.3.3    - RESPONSABLE COLLECTIF  
19.3.4    - RELATIONS ENTRE RESPONSABLES INDIVIDUELS ET RESPONSABLES COLLECTIFS   
19.3.5    - MONDE OBJECTIF ET MONDE SUBJECTIF
  

19.4    - POSTULATS D'ESPÉRANCE, OPÉRATIONS RCS ET IDÉAL   

19.4.1    - POSTULATS D'ESPÉRANCE ET OPÉRATIONS RCS   
19.4.2    - L'ASPECT DU MONDE LE PLUS IMPORTANT POUR MOI   
19.4.3    - L'IDÉAL NON AVOUABLE D'UN CITOYEN RC
S   

20    - CONCLUSION   


 

Retour à la page précédente : clic sur "Précédente"  (ou "Back") en haut à gauche

Retour à "Capacités révolutionnaires"



Elbeuf