science_pour_citoyens>stru_dissi_adap>intropolit

Table des matières par ordre logique CLIC ICI 



 

INTRODUCTION POLITIQUE :
À PROPOS DE L'AUTOGESTION


Ce terme est assez dévalorisé à l'heure actuelle, après la déconfiture des expériences yougoslaves sous et après Tito, et le virage à droite de beaucoup des kibboutz israéliens.

Il s'oppose au principe de fonctionnement centralisé d'une société. Il reste pour le moment une utopie.

Le visiteur pourra trouver des définitions partielles de l'activité autogestionnaire telle que je la vois au fil des pages du site.



 

Le citoyen autogestionnaire est probablement la perspective la plus encourageante de ce phénomène de société nouveau qui pose des problèmes à beaucoup : plus personne ne veut être exécutant. Mais cette perspective n'est elle pas définitivement utopique ?

Il semble bien évident qu'il n'y a pas de citoyen autogestionnaire efficace sans les capacités d'initiatives responsables qui vont avec. Cela ne peut pas fonctionner sans pannes ou accidents graves si les compétences de chaque citoyen autogestionnaire font défaut.

Admettons provisoirement que l'avenir de la société relèvera un jour d'un fonctionnement autogestionnaire, et réfléchissons. La difficulté viendra de ce que la nature créatrice, dans le cas particulier des êtres humains, se complique d'un déterminisme qui utilise dans le cerveau de chacun un double symbolique du monde (un double d'ailleurs issu de l'intériorisation d'un patrimoine culturel externe).

Si le futur citoyen autogestionnaire n'a pas une connaissance suffisamment claire de son rôle naturel d'agent créateur individuel et collectif, il n'y aura pas de fonctionnement autogestionnaire correct de la société.

Or le patrimoine culturel externe, actuellement, n'est pas au point pour une activité autogestionnaire que l'humanité n'a encore jamais connue. Les partisans de l'autogestion peuvent-ils cependant être optimistes ?

Redisons-le autrement. Nous les hommes, nous sommes d'autant plus efficaces que la nature en général, et notre propre nature en particulier, se reflètent correctement dans nos cerveaux, et dans le patrimoine culturel externe qui sert de support étendu à ce reflet (on sait bien sûr que ce reflet étendu, travaillé en permanence par nous, est une spécificité humaine, qui nous fait différents du reste du règne vivant).

L'activité autogestionnaire exige un patrimoine culturel différent, plus riche.

Plus riche en quoi ? Ma thèse est que le procédé X de la nature créatrice, qui résume et présente un large corpus scientifique moderne, doit être collectivement pris en compte. Alors seulement les rapports des hommes entre eux et avec la nature pourront devenir transparents. Alors seulement l'activité humaine autogestionnaire pourra être efficace. Alors seulement l'humanité pourra entrer dans son âge adulte.

L'humanité est à un point critique de son existence. Personnellement, je suis partisan de l'autogestion comme avenir de l'humanité, et optimiste quant à cet avenir. Je crois que nous sommes en transition, en cours de saut qualitatif, au début d'une découverte collective. Ma conviction est basée sur l'extrapolation de ce que nous voyons. Le procédé X de la nature créatrice a commencé d'imposer dans la zone d'univers où nous vivons une nouvelle structure efficace au-dessus de toutes les autres (une structure culturelle, symbolique).

Cet article lui-même, en pointant le phénomène, fait partie, je l'espère, du procédé X de la nature créatrice, et peut même l'aider à progresser. Autrement dit, "la théorie de la création de structures efficaces auto-adaptatives" est elle-même une structure efficace.

L'évolution du vivant n'est pas achevée, un progrès qualitatif est en vue.
 

ESSAI POUR PRÉCISER CE QUI PRÉCÈDE

 (extrait d'une intervention à la tribune préparatoire au 29e congrès du PCF en 1996)

Il nous est malheureusement possible d'avoir une conception du monde périmée, voire réactionnaire. La conception du monde est un domaine scientifique en mutation, à critiquer, à récupérer, à enrichir.

Il serait fâcheux que nous ayons d'un côté très conscient une conception correcte de la société, de la révolution, de notre rôle, et d'un autre côté moins conscient une conception du monde peu critiquée, peu travaillée par nous, contenant des éléments périmés ou liés à la culture d'exploitation capitaliste dominante. Ce ne serait pas cohérent. Notre conception de la société, de la révolution, de notre rôle ne doit pas être isolée de notre conception du monde, elle doit au contraire baigner à l'aise dans notre conception du monde. La conception du monde que nous utilisons est aussi de notre responsabilité : il y a là aussi des choix de concepts à faire. C'est une civilisation toute entière qui est en mutation.

Les présupposés théoriques de nos choix démocratiques ne sont pas (ne peuvent pas être) dans la science du temps de Marx, mais ils existent. Les sciences dites fondamentales (la physique ...) aussi ont muté. La réponse concernant notre bonne conception du monde est à chercher dans les sciences mutées.
 

RÉFLEXION À PROPOS DE L'UTILITÉ DU PRÉSENT SITE (6/99)

Ce ne serait pas rendre service à la mutation révolutionnaire souhaitée que de considérer qu'il nous faut une morale révolutionnaire coupée de la science, sous prétexte que Staline a fait un sale mélange des deux.

Oui à une science nouvelle : pas une science à déterminisme mécanique, mais une science moderne avec niveaux d'organisation différents, complexité, émergence etc.

VOIR AUSSI SUR CE MÊME SITE 
Militants et citoyens, à la découverte d'une méthode     un livre à télécharger, clic ici

NOTE DE FEVRIER 1010 : VOIR AUSSI SUR CE MÊME SITE
Trois niveaux d'organisation consécutifs, séparés par deux émergences, la première étant un ingrédient actif de la seconde. Un essai de pensée rationnelle. clic ici

Les rapports entre "le militant autogestionnaire individuel" et "le militant autogestionnaire collectif" ne sont pas simples, même si ils appliquent selon mes souhaits des règles rédigées de même façon pour faciliter les choses. En effet, le développement de l'individu et le développement du collectif sont deux émergences différentes, qu'il faut bien situer l'une par rapport à l'autre.



 

Retour à la page précédente : clic sur "Précédente" (ou "Back") en haut à gauche

Retour à la table des matières



   Elbeuf