science_pour_citoyens>stru_dissi_adap>synthese>chaos_deterministe

Table des matières par ordre logique CLIC ICI 



A PROPOS DE "CHAOS MOLÉCULAIRE DÉTERMINISTE et CORRÉLATIONS"


11/99  
 
 Le terme "chaos déterministe" a un sens bien précis, il est la chose des mathématiciens. Le mot "chaos" n'est peut-être pas bien choisi d'ailleurs, car il s'agit d'ordre, d'un ordre particulier.

Personnellement, je ne crois pas que la nature soit aussi mathématicienne qu'on le dit. Souvent les modèles mathématiques proposés pour simuler des phénomènes biologiques me paraissent d'une grande élégance, mais peu réalistes. Je ne m'intéresse pas prioritairement à la représentation mathématique de mon modèle, ma tournure d'esprit est plutôt celle d'un physicien.

Comment classer mon modèle ?

Mon modèle est sensible aux conditions initiales, et aussi on y  voit de l'ordre sortir du désordre.

Au début du processus simulé, les particules s'ignorent (pas de "corrélations"). Plus tard, par l'effet de la "pluie de colle", elles se connaissent, au moins transitoirement, puisqu'elles s'organisent en structures de plus en plus "efficaces". Cette "connaissance" (corrélations) est l'une des caractéristiques nécessaires des structures dissipatives. Il faut noter qu'ici les corrélations n'apparaissent que progressivement, et qu'elles vont en croissant.

Je n'oserais pas affirmer qu'on pourrait définir un "attracteur étrange" dans le fonctionnement du modèle.

Au total, je dirai qu'il s'agit d'un "chaos moléculaire (donc non-linéaire) déterministe, avec des corrélations transitoires locales entretenues par un flux continu d'informations (ou d'énergie consommable) venu de l'extérieur du système".

Petites discussions :

- On peut voir ce qui arrive quand on supprime le flux des instructions de corrélation ( c'est-à-dire "la pluie de colle") : les structures dissipatives se défont plus ou moins rapidement (la commande "pluie oui-non" est dans le menu des commandes en haut à gauche).

- Il va de soi que si vous interrompez et rétablissez la pluie de colle même pendant un temps aussi court que possible, l'histoire des structures qui semblera intacte en sera complètement modifiée en fait, à plus ou moins long terme. On voit ainsi que le système n'est pas sensible seulement aux "conditions initiales". Cela est caractéristique du réalisme du modèle par rapport à la vie.

- Par ailleurs, avec des modèles modifiés au niveau de la programmation, j'ai pu vérifier que le "chaos moléculaire" du modèle disponible sur Internet n'est pas nécessaire à l'apparition des structures dissipatives auto-adaptatives (par exemple avec des "molécules transparentes les unes aux autres au moment des chocs si elles sont toutes deux  non-collantes" cela marche encore). Disons que l'auto-construction des structures dissipatives est un processus robuste, capable de se manifester avec ou sans "chaos moléculaire". A noter qu'un "petit chaos" subsiste dans le cas des molécules transparentes, dû aux collages et décollages qui sont programmés comme des chocs à rebondissement différé. Dans le modèle "avec chaos moléculaire" disponible sur Internet, je pense que les processus d'auto-organisation sont plus évidents, puisqu'ils se font à partir d'un chaos maximum.
 
 


Retour à la page précédente : clic sur "Précédente" (ou "Back") en haut à gauche

Retour à la table des matières



 
 
  Elbeuf